Intel et AMD prennent note HPE vient de publier un

HPE a présenté un nouveau serveur basé sur Arm lors de son événement annuel Discover ; le ProLiant RL300 de 11e génération fonctionne sur les processeurs Altra et Altra Max d'Ampere Computing, qui sont également inclus dans les offres cloud Oracle et Azure.

Le serveur RL300 sera disponible au troisième trimestre et est le premier (et le seul) produit basé sur Arm dans le portefeuille de serveurs de HPE (à l'exception de l'Apollo 80 qui, avec son Fujitsu A64FX, cible une très petite niche).

Conçu pour les applications cloud natives, le RL300 est un serveur 1U à socket unique avec un châssis pouvant contenir jusqu'à dix disques de stockage de 2,5 pouces (SSD ou HDD) et 16 emplacements DIMM. Pendant ce temps, le processeur Altra revient aux fondamentaux, avec 1 cœur/1 thread fonctionnant à vitesse constante ; pas de manigances de vitesse de base multi-threading, offrant ce que HPE appelle des "performances prévisibles".

Ce n'est pas le premier serveur Arm de HPE ; dans sa vie antérieure, HP avait un projet pour animaux de compagnie appelé Moonshot qui utilisait des puces Calxeda basées sur Arm, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. L'entreprise s'attend à de meilleurs résultats cette fois.

Analyse : une renaissance armée ?

Il sera intéressant de voir si les autres principaux équipementiers, Lenovo et Dell, commencent à proposer des serveurs basés sur Arm basés sur l'offre d'Ampère.

Amazon va de l'avant avec ses propres puces de serveur Graviton, suivant un chemin similaire à celui d'Apple, dans le but de contrôler autant que possible la pile de calcul.

Google a également plongé dans la conception de silicium avec son système sur puce Tensor et il ne serait vraiment pas surprenant qu'il publie sa propre plate-forme CPU Arm si ce segment décolle.

Quant à Ampere, ses processeurs natifs du cloud continueront de progresser car il s'est imposé comme le challenger de l'architecture en Chine avec quatre CSP à son actif (Alibaba, JD, Tencent et Ucloud). Et nous savons qu'il s'éloignera du noyau Neoverse d'Arm vers une nouvelle microarchitecture interne entièrement personnalisée appelée Siryn qui utilisera un processus de 5 nm.

Siryn sera compatible avec Arm's ISA et permettra à Ampere de se différencier davantage du reste de la concurrence.

Share