Cisco annonce son intention de quitter la Russie et la Biélorussie

Cisco annonce son intention de quitter la Russie et la Biélorussie

Cisco a annoncé son intention de quitter officiellement la Russie, mettant fin à ses activités commerciales en Russie et en Biélorussie en réponse à l'invasion de l'Ukraine plus tôt cette année.

La société de réseau a d'abord publié une déclaration le 3 mars, indiquant qu'elle mettrait fin à toutes les opérations commerciales en Russie et en Biélorussie "dans un avenir prévisible". La société a publié une autre déclaration jeudi, affirmant qu'elle avait continué à "surveiller de près" la guerre en Ukraine et qu'en conséquence, une décision avait été prise de "commencer une réduction ordonnée de nos activités en Russie et en Biélorussie".

"Cisco reste déterminé à utiliser toutes ses ressources pour aider nos employés, institutions et particuliers ukrainiens, ainsi que nos clients et partenaires pendant cette période difficile", indique le communiqué.

Lors d'un appel aux résultats en avril, le directeur financier de Cisco, Scott Herren, a déclaré aux analystes qu'historiquement, la Russie, la Biélorussie et l'Ukraine représentaient collectivement environ 1 % du chiffre d'affaires total de Cisco.

Cependant, il a noté que la décision d'arrêter les opérations commerciales en Russie et en Biélorussie avait un impact négatif sur les revenus, coûtant à l'entreprise "environ 200 millions d'euros ou deux points de pourcentage de croissance".

Que font les autres entreprises ?

Dans les jours qui ont suivi l'invasion initiale de la Russie, une longue liste d'entreprises technologiques occidentales suspendant leurs opérations en Russie a commencé à s'allonger.

SAP et Oracle ont été deux des premières organisations technologiques à se retirer publiquement du pays après que le vice-Premier ministre ukrainien Mykhailo Fedorov a publié des lettres faisant appel aux deux sociétés sur Twitter.

Début mars, Microsoft a également annoncé qu'il suspendrait les nouvelles ventes de produits Microsoft en Russie, "conformément aux décisions de sanctions gouvernementales".

Cependant, à l'époque, la déclaration avait été critiquée par le vice-Premier ministre ukrainien Mykhailo Fedorov, qui avait déclaré que la simple suspension des ventes à la Russie ne suffisait pas et que l'entreprise devait bloquer l'accès à ses produits.

Cette semaine, l'agence de presse russe TASS a rapporté que les tentatives d'installation de Windows 10 et Windows 11 en Russie avaient été bloquées. Microsoft n'a pas encore précisé s'il s'agissait d'une erreur technique ou s'il faisait partie du plan de l'entreprise de se retirer davantage de Russie.

Rejoignez les communautés Network World sur Facebook et LinkedIn pour discuter des sujets qui vous intéressent.

Copyright © 2022 IDG Communications, Inc.