La financiacion de Apple Pay Later no la gestiona un

Une action en justice a été déposée contre Apple pour la gestion de son populaire portefeuille de paiement mobile, Apple Pay.

Déposée par Affinity Credit Union en son nom et au nom de "tous les émetteurs de cartes de paiement dans la même situation", la plainte (ouvre dans un nouvel onglet) allègue qu'Apple "contraint" les utilisateurs d'iPhone à adopter leur propre solution de paiement sans contact.

"Le comportement d'Apple nuit non seulement aux émetteurs, mais aussi aux consommateurs et à la concurrence dans son ensemble", indique le document.

Apple Pay à l'honneur

Contrairement aux portefeuilles de paiement populaires basés sur Android comme Google Pay et Samsung Pay, Apple facture aux émetteurs de cartes des frais de 0,15 % pour chaque transaction par carte de crédit et des frais de 0,5 centime pour chaque achat effectué avec une carte de crédit via Apple Pay.

Selon Affinity Credit Union, la réticence de l'entreprise à autoriser des portefeuilles alternatifs sur sa plate-forme iOS oblige des milliers de banques et de coopératives de crédit à payer plus d'un milliard de dollars de frais supplémentaires chaque année.

En outre, le demandeur a affirmé que l'absence d'alternatives viables à Apple Pay sur iOS a finalement découragé l'innovation de produits, ce qui a également eu des effets négatifs sur les utilisateurs finaux.

"En raison de la conduite d'exclusion d'Apple, le demandeur et les autres émetteurs paient et ont payé des coûts qu'ils n'auraient pas encourus sur un marché concurrentiel. Mais ce n'est pas l'étendue des dégâts", indique le dossier.

« S'il existait plusieurs portefeuilles mobiles iOS Tap and Pay, les entreprises concurrentes devraient innover pour différencier leurs offres, par exemple en améliorant la sécurité des transactions. Les consommateurs et les émetteurs ont été privés de cette innovation.

L'affaire demande alors la cessation des pratiques anticoncurrentielles détaillées dans le procès, ainsi que des dommages et intérêts non encore précisés.

Cependant, le procès n'est que le dernier développement du débat sur le comportement d'Apple dans l'industrie. L'UE, par exemple, enquête actuellement pour savoir si Apple peut être considéré comme ayant abusé de sa position dominante dans le matériel et les systèmes d'exploitation mobiles pour profiter indûment de sa position dans les paiements.

Si les régulateurs parviennent à cette conclusion, Apple pourrait être responsable de 10 % de ses revenus mondiaux, bien que la peine maximale soit peu probable.

TechRadar Pro a demandé à Apple de commenter le dernier procès.

Share